France-Actus
Nous sommes tous des «pépés» : comme Privilégiés Pessimistes...
http://www.marianne2.fr/Nous-sommes-tous-des-pepes-comme-Privilegies-Pessimistes_a201308.html

Philippe Cohen - Marianne | Mardi 4 Janvier 2011 à 05:01

Selon une étude BVA-Gallup, les Français sont le peuple le plus pessimiste du monde. La nouvelle est saluée par une leçon de morale à deux balles : ce sont les plus pauvres qui seraient les plus optimistes...

Marx avait donc raison : le communisme est bien le régime qui peut faire le bonheur de l'humanité. La preuve? Selon l'enquête mondiale Voices of people, réalisée par l'institut BVA pour le compte d'Aujourd'hui en France, deux des quatre pays dont les peuples seraient les plus optimistes sont dirigés par des communistes : la Chine et le Vietnam. Bizarrement, ce revival digne du film Good Bye Lénine a échappé aux commentateurs de cette mémorable étude...

La même enquête nous apprend une information désastreuse que chacun d'entre nous subodore depuis quelque temps déjà : au hit-parade du pessimisme, les Français seraient ... champions du monde. D'où la propension de nos jeunes à s'enfuir pour voir si l'herbe n'est pas plus verte au Brésil ou au Canada.

La conclusion s'impose et elle nous est fournie, dans le Parisien, par un certain Gurcharan Das, un Indien remastérisé par la Havard Business School dont le diplôme délivre définitivement de tout penchant pessimiste: « Il faut avoir un peu faim pour savourer le bonheur ». Belle leçon de morale en effet! Vous croyiez au progrès, à l'espérance de voir vos enfants bénéficier d'une existence plus heureuse et plus confortable que la vôtre ? Eh bien vous vous trompiez, ça ne marche plus comme ça. Désormais, il faut avoir faim pour espérer, car c'est quand on touche le fond de la piscine que l'on ne peut que remonter. Regardez l'optimisme des Afghans sous les bombes : eux sont au dixième rang du sondage (au point où ils sont rendus, ça ne peut que s'améliorer!). Prenez-en de la graine et arrêtez de vous plaindre ! Ca ne vous rappelle rien ? Moi si, quand j'étais petit, on se moquait gentiment de nos vieux qui disaient en reluquant les jeunes yéyés : « il leur faudrait une bonne guerre! » Eh oui, l'histoire ne se répète jamais, elle bégaye, disait Marx. Décidément, il a toujours raison.
[ Ajouter un commentaire | commentaire(s) ]
Posté le 04/01/2011 à 11:13:00 (id:146137)
         1         
Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS